Une âme perdue dans le chaos [OneShot KeithDen, hors RP]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une âme perdue dans le chaos [OneShot KeithDen, hors RP]

Message  Ayden Blacksun le Mer 13 Mai - 16:18



Merci de ne pas répondre à ce sujet (enfin, vous pouvez poster votre avis en Hors Rp quand même o/), il s'agit d'un petit one-shot écrit avec l'accord de Camille-Chou ^-^ Bonne lecture ~<3
(et pardon pour le lemon que j'étais censée écrire. Je n'ai pas réussit ><)

.......................................


La nuit tombait sur Heaven. Non pas que la ville ne soit pas déjà plongée dans les ténèbres d'ordinaire. La seule différence entre le jour et la nuit, c'était la température : il faisait légèrement plus froid lorsque l'horloge tournait vers ses heures les plus sombres. L'ambiance, cependant, se réchauffait et, dans les bas fonds des quartiers de la zone neutre, beaucoup d'habitants prenaient du bon temps. Pour certains, le salut était égal à la drogue, pour d'autre, c'était les bordels qui étaient d'une nécessité extrême. Tout un chacun trouvait néanmoins son bonheur dans les bars bondés de monde, venus là pour se saouler, pour oublier. Car l'oubli était l'enjeu de tout.

Accoudé à la balustrade d'un petit appartement fort charmant qu'il louait dans une petite rue de la zone neutre, Ayden regardait les gens passer de son œil vert étincelant, une cigarette plantée dans le bec. Alors que la fumée allait et venait dans ses poumons, dans sa gorge et dans sa cloison nasale, il observait la populace qui s'agitait, telle des fourmis, dans les rue sous-jacentes. Il aimait bien se détruire les alvéoles pulmonaires en observant les êtres humains, entre deux missions. Dans ces moments là, son cerveau était comme éteint, reposé, et seule la nicotine et la caféine guidait ses pas et lui permettait de rester éveillé. Il faut le dire, il trouvait cela plutôt instructif. Cela lui enseignait beaucoup de choses sur le comportement humain, des choses qu'il ne comprenait pas toujours, malgré tout ses essais.

Mais, ce qu'il comprenait le moins, alors qu'il en avait certainement le plus besoin, c'était cette chose si futile que l'on appelait communément « l'amour ». Quel but y avait-il à donner son cœur à une autre personne, si ce n'était risquer de le voir perdu à jamais ou réduit en miettes ? Qu'apportait donc ce sentiment, si ce n'était ruine et désespoir ? Ayden soupira. Il était tard, désormais, et sa réflexion avait duré bien plus longtemps qu'il ne l'avait escompté. Il avait les paupières lourdes. Il était temps qu'il aille se coucher.

Il traversa le balcon de son pas calme et silencieux et se glissa à travers l’entrebâillement de la fenêtre avant de la refermer sans aucun bruit. Avec lenteur, il laissa son long manteau en cuir noir tomber sur le sol, dans un souffle chaud qui caressa ses épaules nues. Il défit la boucle de sa ceinture et, bientôt, son pantalon de cuir rejoignit le manteau noir. Il n'avait plus que son t-shirt déchiré et son caleçon, seule chose qu'il gardait sur lui. Ni une, ni deux, et il avait enlevé la dernière pièce de tissu qui couvrait son torse et l'avait jeté sur le sol avec le reste de ses habits. Il baissa les yeux quelques instants, observant son torse constellé de petites ou de grande cicatrices, marquent de ses nombreux combats passés. Il effleura du bout des doigts une entaille qu'il s'était faite en sautant d'un immeuble, quelques années auparavant. Puis, d'un air presque honteux, il cacha son tatouage honni, et regarda son reflet dans le miroir qui gisait à côté de son lit. Il soupira, enlevant sa longue main chaude pour la passer dans ses cheveux blonds aux mèches noires comme de l'encre.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, Ayden n'avait jamais usé d'une quelconque coloration sur ses cheveux. D'aussi loin qu'il s'en souvenait, il avait toujours eu les cheveux de cette couleur originelle, blonde platine. Mais, un beau jour, il y avait trouvé une mèche d'un noir profond, sans en comprendre l'origine ni l'explication. Plus le temps passait, plus les mèches noires étaient nombreuses dans sa tignasse. Mais cela ne lui déplaisait pas, alors il ne les avait pas teins, et les gardait tels quels. Il aimait à croire que c'était le signe de sa décadence.

Ce fut avec un plaisir non contenu qu'il s'allongea dans le lit, la douceur des couvertures caressant sa peau couverte de cicatrices. Il enleva alors son bandage, laissant son orbite vide à l'air, passant un doigt curieux tout autour. Dans un soupir, il abandonna l'exploration de sa cavité orbitale pour passer de nouveaux une main nerveuse dans ses cheveux bicolores, puis il ferma les paupières et se laissa aller au sommeil.

….........................

Il se réveilla quelques heures plus tard avec la sensation malsaine d'être observé. Tendu, il tenta de détendre ses muscles, ou du moins de faire passer son soudain revirement d'attitude pour un cauchemar en bougeant un peu dans son lit, avant de reprendre une position et une respiration calme et posée. Il ne fallait surtout pas que la personne dont il sentait et devinait la présence dans la pièce comprenne qu'il était réveillé, du moins, avant qu'il n'ait pu se saisir de son Colt, glissé sous son oreiller – bah oui, il était prévoyant, quand même, le bougre – et pointé ce dernier contre la carotide de ce mystérieux voyeur.

Il n'en eut cependant pas l'occasion, puisqu'il sentit une main d'une douceur incroyable malgré les rugosités de ses doigts, caresser sa joue d'un air rassurant et protecteur, avant qu'une voix chaude ne s'élève dans la pièce, semblable à un murmure :

« Là, là, ça va aller... »

Visiblement, son mime de cauchemar avait marché. Cependant, Ayden se raidit. Cette voix. Il l'avait déjà entendue tant de fois, qu'il la connaissait quasiment par cœur. Ce que la personne à qui appartenait cette voix faisait dans son appartement, et surtout, pourquoi il avait un air si protecteur, ça, par contre, il était incapable de le deviner, chose assez incroyable pour mériter d'être mentionnée ici.

Ayden fit alors une chose complètement insensée. Il ouvrit les yeux avec lenteur, fixant – et confirmant l'identité de son vis-à-vis par la même occasion – le jeune homme qui ôta sa main rapidement, un air gêné plaqué sur le visage. Déliant une langue malgré tout pâteuse, Ayden lui lança :

« Salut, Keith. » Il s'appuya sur ses coudes, puis se releva jusqu'à être assis, s'étirant, faisant de même glisser ses couvertures le long de son torse, camouflant son caleçon et ses jambes, mais découvrant son abdomen couvert de cicatrices. « Ça fait un bail. Qu'est-ce que tu fais là ? »

« Je n'ai plus le droit de regarder mon vieil ennemi dormir ? » répondit-il, semblant être sur le qui-vive, malgré une voix et un regard vibrant de malice.

« C'est assez malsain, tu sais, Keith. Je pourrais me dire que tu me prépares un coup tordu. »

« Et si c'était le cas ? »

« Alors je serais au regret de devoir loger une jolie balle dans son magnifique minois. »

« Oh. »

Ils se regardèrent en chien de faïence, bien qu'aucune véritable animosité ne se fasse ressentir durant cet échange de regard. Cette situation avait presque quelque chose d'irréel. Et cette sensation d'irréalité se prolongea lorsque le regard de Keith dévia de celui d'Ayden pour effleurer de ses prunelles vertes le torse de ce dernier sous toute ses coutures. Ayden gêné, détourna le regard.

« Tu le trouves magnifique ? » lança soudain son rival.

Ayden, surprit, sursauta, puis tourna la tête rapidement vers Keith.

« De quoi ? » De l'incrédulité totale pouvait se lire sur sa tête.

« Mon visage. Tu le trouves beau ? »

Ayden rougit très légèrement, ses joues se colorant d'une teinte rosée qui pouvait paraître tout à fait adorable, surtout quand on le connaissait. Mais surtout, ne lui répétez jamais ceci. Qu'il est adorable. Il risquerait de très mal le prendre. Mais bon, après, c'est à vos risques et périls, hein...

« C'est quoi cette question ? »

« Je suis sérieux, Ayden. » Keith le fixait de son regard insondable, le rendant mal-à-l'aise, et pourtant, c'était ce regard là qui rendait Keith irrésistible.

« Ouais. Bon y a mieux, bien sûr, mais il est plutôt pas mal. »

Keith ferma les yeux.

« Merci. »

« Hm ? » Le jeune homme le regarda d'un air confus. « Tu es bizarre, Keith. Tu es sûr que tu vas bien ? »

Il ne lui répondit pas, continuant de le fixer de son regard envoûtant. Bordel, c'était carrément bizarre. Ayden se leva, la couverture glissant à ses pieds. Le regard de Keith descendit alors sur le reste de son corps, s'attardant à son plus grand malheur vers une certaine partie de son anatomie. Bordel, quelle situation étrange. Keith, qui était assis sur une chaise, se leva alors à son tour, et ses doigts rugueux vinrent effleurer les épaules du jeune homme, caressant ses muscles. Ayden se mit alors à frissonner. Le contact était agréable, très agréable. Son souffle commençait à se faire saccadé, et il avait comme l'impression qu'il allait perdre le contrôle.

Il se figea lorsque les lèvres de Keith vinrent effleurer les siennes avec tendresse. Le jeune homme, d'abord étonné, se laissa entièrement faire quand la pression, s'accentuant, le força à entrouvrir les lèvres, puis desserrer les dents, pour laisser passer la langue de Keith, qui se mit alors à jouer avec la sienne d'une manière presque artistique.

C'est avec regret qu'ils rompirent le baiser pour reprendre un peu d'oxygène et alimenter leurs cerveaux embrumés. Ayden ne se posait plus de questions. Il subissait, et c'était tout. Il ferma les paupières lorsque Keith l'allongea sur le lit, cédant sans conteste à ses caresses, si agréables qu'il en oubliait presque qu'ils étaient ennemis, et que la situation était loin d'être normale...

…..................

Lorsqu'il ouvrit les yeux, pour la deuxième fois, il était seul, allongé dans son lit, et son cœur battait à cent à l'heure.

Ayden regarda partout dans la pièce, à la recherche d'un quelconque indice, mais rien. Pas une seule trace de Keith. Il se releva alors : rien n'avait changé de place, rien n'avait bougé. Or, il avait souvenance d'un bordel pas possible lorsqu'ils... Attendez. Ayden souleva sa couette, et regarda son entre-jambe, qui semblait avoir un sacré problème.

Ah.

Tout ceci n'était qu'un stupide rêve érotique. Il ramena ses genoux contre son torse et appuya sa tête dessus, le regard perdu dans le vide, ses cheveux venant caresser son visage trempé de transpiration. Il venait de rêver que lui et Keith... Il déglutit. Mais, merde, alors, qu'est-ce que ça pouvait bien vouloir dire ?

_________________

" No one knows what it's like
To be the bad man, to be the sad man...
To telling only lies "

" But my dreams, they aren't as empty
As my conscience seems to be...
I have hours, only lonely
My love is vengeance, that's never free. "

avatar
Ayden Blacksun
Chef du Clan de l'Ombre
Chef du Clan de l'Ombre

Messages : 197
Date d'inscription : 04/11/2011
Age : 18
Localisation : Qu'ils me haïssent, tant qu'ils craignent.

Voir le profil de l'utilisateur http://ascension-rpg.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum